MotoGP 2012: Scott Redding teste la Ducati GP12

Écrit par: -

Les teams AB Cardion et Pramac ont d’ores et déjà annoncé qu’ils ne reconduiraient pas de contrat de location avec Ducati pour courir en MotoGP 2013. Le rapport coût/performance ne serait vraiment pas favorable, selon le team de Karel Abraham.

L’usine de Bologne a réagi en organisant une semaine de test pour faire rouler des jeunes pilotes Moto2 en devenir dans la catégorie reine au sein d’un team B, dit ‘Junior Team’. Les noms de Pol Espargaro et Andrea Iannone étaient cités.

Si l’Italien est effectivement confirmé pour la 2ème séance de test prévue aujourd’hui et demain, le team Ducati Corse a finalement porté son choix sur Scott Redding (photo) pour entamer une 1ère séance de 2 jours sur le circuit du Mugello.

Le pilote du team Marc VDS Racing en Moto2 a donc pu essayer la dernière version du prototype GP12 sur un total de 127 tours, en ayant réussi à passer sous la barre des 1’50. Le Britannique répond à quelques questions sur MotoGP.com:

Comment s’est passé ton 1er test en MotoGP?

“C’était dur mais fun, beaucoup plus que ce que j’attendais. Le principal problème a été la vitesse de pointe au bout de la ligne droite, c’était ce qu’il y avait de plus dur pour moi.

Je ne m’attendais pas à aller aussi vite et ici, au bout la ligne droite, la moto avait tendance à partir en ‘wheelie’ et c’était difficile à contrôler. Il y avait d’autres choses qui ont été plus simples, comme les virages.

Mais c’était dur de s’accrocher à certains endroits, parce qu’on a plus de limites avec le contrôle de traction. Il faut donc réussir à bien manier la moto malgré ça, c’est ce qu’il y avait de plus difficile.”

Comment te sens-tu après ce test?

“Je suis très content. Passer sous les 1′50 au bout de 2 jours est positif, c’était mon objectif. J’ai réussi à l’atteindre et je me suis senti à l’aise. Nous avons essayé des pneus tendres mais ça ne m’a pas trop réussi.

Les températures étaient très élevées et ils avaient trop de mouvement. Il y avait beaucoup de choses à apprendre et nous avons travaillé sur le frein moteur, ainsi que sur la vitesse du moteur.

On peut la modifier pour chaque virage et c’est différent puisqu’en Moto2, le frein moteur n’a qu’un réglage pour l’ensemble du circuit. C’est intéressant de pouvoir le modifier pour chaque virage.

C’est l’une des choses qui me posent problème en Moto2. J’aimerais pouvoir le changer à chaque virage, mais nous n’en avons pas la possibilité en Moto2.”

Quelles sont les autres différences par rapport au Moto2?

“Je pense que ce type de motos me va mieux. Je ne crois pas que j’aurais pu avoir une 3ème journée, parce que c’était assez dur sur le plan physique. Mais c’était la 1ère fois que je pilotais quelque chose de plus gros qu’une Moto2. Au final, c’était plus dur que je ne le pensais.

C’est dur physiquement, sur les changements de direction et les freinages, mais aussi mentalement parce qu’il faut se concentrer sur beaucoup de choses. Je me suis quand même fait plaisir et je pense que c’est la direction à suivre.”

Quel est ton avis sur la Ducati?

“Je la trouve assez bonne. Son comportement en virages et la motricité étaient plutôt bons pour les premiers tours, mais j’ai eu du mal dans les changements de direction parce qu’elle est assez lourde.”

Nicky Hayden et Valentino Rossi ont beaucoup de problèmes avec le train avant, qu’est-ce que tu en as pensé?

“Ça n’a pas vraiment été un problème pour moi, mais j’ai commencé à avoir des sensations auxquelles je ne m’attendais pas, une fois que je suis passé sous les 1′50. J’imagine que c’est ce qu’ils ressentent aussi. Mais à la vitesse où j’allais, ça ne me posait pas vraiment de problème.”

Quelles informations as-tu pu donner au team?

“Absolument tout, virage par virage, le niveau de motricité, l’entrée, le contrôle de traction, l’anti-wheelie, la puissance, le freinage. C’était un ’shake-down’ sur tout ce que nous avons pu tester.”

Qu’est-ce que le team t’a dit de tes performances?

“Nous avons comparé nos données avec celles de Valentino et nous avons pu apprendre plusieurs choses. Je n’avais personne à suivre en piste et j’ai donc dû piloter à l’instinct. Nous avons comparé nos données pour voir quels étaient mes points négatifs et c’était intéressant de voir ça.”

Avez-vous aussi utilisé les données de Nicky?

“Non, parce que Rossi avait été le plus lent des deux ici et c’était donc mieux pour moi de travailler avec ses données. C’est aussi sa piste nationale et il a de très bonnes trajectoires ici.”

Est-ce que tu penses que tu pourrais te retrouver au guidon de cette moto l’an prochain?

“Je ne sais pas. Filippo Preziosi semblait assez content de mes chronos et de mon enthousiasme. Je crois qu’ils étaient assez contents de mes 2 journées d’essais.

Nous avons fait tout ce que nous avons pu, je pense que passer sous les 1′50 dès mon deuxième jour sur cette moto était une bonne chose.”

Est-ce que tu t’inquiéterais de voir Rossi quitter Ducati?

“Un peu, parce que c’est lui qui est à la base du développement. Il a beaucoup d’expérience sur cette moto. Mais d’un autre côté, Nicky la connait aussi très bien et nous devrons attendre de voir quels sont leurs plans.”

Est-ce que tu crois que tu devras changer ton entraînement si tu passes en MotoGP?

“Pas vraiment, il s’agit plus de s’habituer à la moto parce que c’est assez intense. La moto est lourde dans les changements de direction et c’est ce qu’il y a de plus dur, mais j’avais eu le même problème en arrivant en Moto2.”

Quelles ont été tes impressions avoir passé 2 jours avec un team 100% Italien?

“Très bonnes. Ils ont écouté tout ce que j’avais à dire et je pense qu’ils me font confiance. Les choses que je disais et celles qu’ils voyaient concordaient. Ils m’ont laissé tout le temps dont j’avais besoin. C’est une équipe qui sait travailler pour avancer.”

Le test a donc été positif?

“Oui, ça s’est bien passé et j’en suis très content.”

Source et photo : www.motogp.com

Votez pour cet article: 
Aucun vote. Soyez le premier !